Culture du monde : les funérailles les plus atypiques

D’un coin du monde à un autre, l’organisation des funérailles peut être très différente. Voici les rites funéraires les plus atypiques à travers le globe.

Bien qu’ayant des différences notables, les rites funéraires européens respectent tous les mêmes étapes : la préparation du corps, la visite des proches, la cérémonie religieuse et l’enterrement ou l’incinération.

Si ce déroulement des funérailles nous semble normal, ce n’est pas le cas pour de nombreux peuples à travers le monde. En effet, chacun a une perception de la mort qui lui est propre et par conséquent, n’organise pas les rites funéraires de la même manière. Voyons ensemble comment sont traités les défunts dans certaines parties du monde.

La Ma’nene d’Indonésie

La Ma’nene est une cérémonie organisée par les Torajas afin de rendre hommage à leurs défunts. Durant une journée, les dépouilles sont exhumées, nettoyées et habillées dans le but que les familles puissent partager un moment avec leurs ancêtres.

Les Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Dans la tribu des Anga, les guerriers morts ont droit à un traitement particulier. En effet, leur corps est fumé sur un bûcher avant d’être recouvert de terre cuite. Plus tard, la dépouille en argile est placée à l’entrée du village afin que celui-ci soit protégé.

La Famadihana de Madagascar

La Famadihana est un rite funéraire malgache qui consiste à déterrer la dépouille du défunt plusieurs mois après son ensevelissement. Les ossements sont alors enveloppés dans un drap afin que les familles puissent chanter et danser avec eux autour de la tombe.

Les  Dogons du Mali

Dans la tribu des Dogons, au Mali, les familles ne sont pas autorisées à organiser des funérailles directement. En effet, le corps du défunt doit d’abord séjourner dans les cavités d’une falaise durant plusieurs jours.

Les funérailles célestes au Tibet

Pratiquées par les moines bouddhistes, les funérailles célestes ont pour principe d’exposer la dépouille du défunt à l’air libre. Afin d’être mangé par les vautour, le corps est découpé en morceaux et mélangé à de la farine et du lait.

Vous ne savez pas quel type de sépulture choisir à Liège? N’hésitez pas à prendre contact avec une entreprise de pompes funèbres dans votre région!

Laisser un commentaire

Filtre anti-robot * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.