Diagnostic avant l’achat d’un terrain

Aujourd’hui acheter un terrain les yeux fermés, c’est trop risqué. Souvent on n’en est pas au premier recyclage des sols.

Une certitude : il ne faut pas faire d’économies, dans un projet d’aménagement sur site potentiellement pollué, sur les études historiques et les diagnostics de pollution des sols. En effet, ces études permettent de se faire une idée du type de pollution et de sa localisation. Des imprécisions ont forcément une répercussion sur l’ensemble des étapes du chantier, d’une vente ou encore d’une location d’un site.

Où s’informer sur l’état des sols et des pollutions ?

On peut compiler des renseignements, notamment historiques. À notre disposition, deux bases de données nationales : Basol, qui recense les sites suivis par l’administration et ne répertorie donc qu’une petite partie des sites potentiellement pollués, et Basias, qui fournit un inventaire historique de sites industriels et activités de services. Réalisée par le BRGM, Basias répertorie 251000 sites, mais n’alerte que sur un risque potentiel de pollution. Et la localisation des sites sur des cartes au 1/25 000 n’est pas très opérationnelle… Des recherches complémentaires sont donc nécessaires. Se renseigner auprès des Dreal ou auprès d’anciens habitants apporte des informations, de même que les archives départementales et les photos aériennes. En parallèle, l’opérateur se penche sur la géologie et les eaux souterraines. Car cette première phase d’étude a aussi pour but de localiser, sur la friche, les zones potentiellement à risques et pour lesquelles des analyses de terrain seront nécessaires.

Cette palette d’outils est utilisée au quotidien, seulement il ne faut pas oublier que l’investigation terrain permet de compléter l’information sur l’état de pollution du sol.

Alcor Controles, diagnostiqueur immobilier et des sols, répondra à vos demandes de devis sur son site.

Laisser un commentaire


8 × = soixante quatre